Puis ce que l’être humain est un être de lumière, (son univers de perception est dans les limites du spectre électromagnétique, spectre autrement dit visible) alors comment faire pour percevoir un Tachyon (particule qui voyage plus vite que la lumière, donc invisible par définition) ?

Leur existence est suggérée par les observations réalisées en bordure des trous noirs…

Le satellite COBE, lancé en 1989, était parti étudier les variations thermiques dans le fond fossile de l’univers. Ces mêmes observations sont portées sur les trous noirs. Les variations thermiques invoquent des fluctuations de densités. Ces variations seraient la représentation du haut delà de l’horizon visuel ; des effets, par rapport aux zones visibles, de l’énergie dite sombre (que l’on ne voit pas car elle circule à une vitesse supérieure à la vitesse de la lumière dite « C », soit en spectre dit « C+ »).

Stephen Hawking parlera de  » particules virtuelles  » : particules de l’énergie sombre qu’on ne peut pas voir directement mais uniquement à travers ces effets (radiations thermiques, sonores et lumineuses) qui eux peuvent être mesurés… voilà une bonne piste à suivre !

Selon les études de 1974, Hawking découvre (en appliquant la théorie quantique des champs à l’espace-temps courbé de la relativité générale) que les trous noirs émettent une radiation thermique. Rayonnement qui portera son nom.

Mais d’où vient ce Tachyon ? Hawking énoncera que chaque particule virtuelle est associée à un supra-partenaire de charge et rotation opposées.

La théorie du Spectre « C+ » défend que chaque particule crée un champ qui l’attire vers son partenaire. A cause de la charge et de la rotation ces deux particules se poursuivent insatiablement générant des radiations autour d’un Système Orbital Virtuel. Cette course poursuite se réalise en dehors du spectre visible, à une vitesse supérieure à celle de la lumière.

Avant de continuer dans la recherche des Tachyons, rappelons que la taille d’un trou noir est inversement proportionnel à son émission thermique, autrement dit plus le trou est gros moins il y a de chaleur qui s’en dégage. La raison est simple car son pouvoir d’attraction augmente et il absorbe des radiations de longueur d’onde de plus en plus rapides.

Selon Stephen Hawking quand un SOV (Système Orbital Virtuel) approche et frôle l’horizon d’un trou noir, le Système Orbital se brise. La théorie du Spectre « C+ » indique qu’à ce moment une des particules, la plus proche de l’horizon, est attirée et absorbée par la force de gravité du trou noir, pendant que l’autre est propulsée en direction contraire. Quand un Tachyon brise son Système Orbital les particules libérées se transforment en ce qu’on appel des VHEP (Very High Energy Photon).

Selon John Michell (qui fut le premier à imaginer un objet céleste assez lourd pour empêcher tout échappement de lumière qu’il nomma l’étoile noire) cette particule s’éloigne à une vitesse supérieure à celle de la lumière. Mais sans son supra-partenaire la particule ne pourrait pas garder sa vitesse C+ de croisière longtemps. La cadence du VHEP est alors ralentit jusqu’à entrer dans le spectre lumineux par la porte des rayons gamma ; rappelons que les rayons gamma sont en fait des photons – des grains de lumière. Ce ralentissement est accompagné d’un refroidissement qui permet aux Tachyons, particules virtuelles, d’entrer dans le spectre visible et devenir une particule réelle.

C’est le 1er Février 2003 que le Satellite INTEGRAL observe pour la première fois un rayonnement gamma tout autour des trous noirs.

La théorie du Spectre « C+ » précise que lors d’un choc entre deux Systèmes Orbital Virtuel, en plus du dégagement fluctuant de radiations extrêmement puissantes et variées, un nouveau SOV se crée pendant que deux particules s’échappent poussées par la force centrifuge de leur rotation.

Chaque rupture de SOV entraîne une époque de Plank (la densité et la température sont extrêmement élevées et la Relativité Générale cesse d’être valide au profit de la gravité quantique) et la création de quarks, accompagnée de radiations thermiques, sonores et lumineuses perceptibles dans le spectre électromagnétique. L’ère de Plank est la phase qui sépare l’horizon virtuel de la ligne de non retour des particules visibles.

Les particules virtuelles (ou Tachyons de charge positive ou négative) absorbées par l’étoile, sont remises en circulation dans l’espace lors d’un choc entre deux trous noirs de même magnitude ; cette restitution suit le principe d’entropie de la théorie des p-brane… mais on verra ça un autre soir…

@Regards de Femme// Quête sur la nature du Temps np©nathalie.peguero
19/09/2008

Citer en tant que:
Nathalie PEGUERO: Réflexion à haute voix: « Préface :  » Tachyons géniteurs des rayons gamma 4.5 » Coll. Quête sur la nature du Temps Ed. WordPress on line. 2009

trou noir

Rayonnement d’un trou noir

tachyons

Agitation des Tachyons autour d’un trou noir

systeme virtuel

Simulation d’un choc de deux Systèmes Orbitales – les deux particules d’en bas à droite se transforment en un nouveau Système Orbital Virtuel ou Tachyon tandis que les deux d’en haut à gauche deviennent des VHEP qui dériverons vers le rayon gamma